eng / fr



avec
Eric Dignac
Jean Noël Obert
Nicolas Ritoux
Shush Tenin
 


 
ASSANIES

conception, scénographie et direction Michel Schweizer/ 1998
L'objet artistique tend à être cet instant représenté, où une totalité d'actions simultanées sont hiérarchisées par un centre organisateur qui leur donne intelligibilité et nécessité. Aujourd'hui, l'artiste et le(s) public(s) témoignent de la défaillance de ce système qui ne nous permet plus de donner sens à la dispersion des images et des discours qui nous tiennent lieu de réalité.
Telle une architecture relationnelle, ASSANIES choisit de proposer un vis-à-vis sans ombre, où la transaction esthétique ne s'apparente ni à une révélation, ni à un mensonge. Dès lors, elle s'inscrit comme expérience, soucieuse de renouer avec une esthétique relationnelle, en choisissant de placer au cœur de son dispositif l'unique producteur de sens possible : l'usager. S'agissant de se demander ce qu'il reste de l'homme contemporain et de son rapport « global » au réel quand la triade familière - information/communication/expression - est soumise à de nouvelles conditions de circulation et de symbolisation, ASSANIES oscillerait entre objet d'art et objet de civilisation.
Réunir quatre hommes pour conduire cette expérience, c'est d'abord placer quatre individualités issues d'un monde qui ne tolère plus d'espace-temps où pourrait s'entretenir leur proximité.
Convoquer un public, c'est poser la question du partage de ce territoire événementiel, qui ne demande plus que l'on croie en lui, pour exister.

Michel Schweizer – 01/03/1998
Production : La coma
Avec l'aide de : l'IDDAC, du groupe OUVRE LE CHIEN, de la société MAXIMUM VIDEO, de la ville de CESTAS et de l'OARA