eng / fr


 
ÔQUEENS (a body lab)

Conception, scénographie et direction Michel Schweizer / 2008




Créateur lumière - Jean-Pascal Pracht
Créateur et régisseur son - Nicolas Barillot
Électroacousticien - Johann Loiseau
Régisseur général - Marc-Emmanuel Mouton
Régisseur lumière - Julien Compagnon
Référent canin - Jean Gallego
Constructeur - Jean-Luc Petit
Vidéographe - Cécile Pécondon-Lacroix
Consultante choréologie - Patrica Chen









Production : la coma
Coproduction : Espace Malraux, scène nationale de Chambéry / Le Cuvier, CDC d’Aquitaine / Le Merlan, scène nationale de Marseille / OARA, Office Artistique de la Région Aquitaine / Le Manège, scène nationale de Reims / Le Quartz, scène nationale de Brest / La Ferme du Buisson, scène nationale de Marne-La-Vallée - Temps d’images 2008 / NXTSTP - TnBA, Théâtre national de Bordeaux Aquitaine / NXTSTP - Rotterdamse schouwburg - Nederland / Théâtre Municipal de Cahors
Qu’est ce qui peut bien réunir sur scène une danseuse classique, une culturiste, une strip-teaseuse, un maître de cérémonie décalé, un chanteur lyrique et des chiens de compagnie? Un spectacle de Michel Schweizer, dans lequel ce chorégraphe iconoclaste s’applique à constituer une nouvelle communauté éphémère, à convoquer des « mondes spécifiques » pour interroger le formatage et l’exhibition du corps féminin… et sonder la « peur du manque » qui régit les relations de domination entre hommes et femmes.
Qu’en serait- il de notre confrontation à ce réel si ces trois corps aux pratiques mutiques se mettaient soudainement à prendre la parole ? Qu’auraient- elles à nous dire par exemple sur l’ingérence particulière du masculin dans leur construction personnelle et sociale ?
L’intérêt que devrait alors nous procurer le spectacle de leur savoir-faire se trouverait enrichi par cette connaissance nouvelle sur l’histoire des croyances qui les mena à une telle obstination dans l’apprentissage, la maîtrise et l’usage de leur profession.
Nous rappeler aussi que ces corps au travail, délocalisés sur une scène de théâtre, intègre une économie du vivant qui entretient souvent un rapport modéré à l’altérité.
La proposition d’ÔQueens nous engage au contraire dans une expérience véritable dans la singularité du face à face de la rencontre. C’est ce que génèrent, entre autre, depuis des années maintenant les propositions spectaculaires de Michel Schweizer soit : la possibilité renouvelée dans l’espace - temps de la représentation d’entretenir ou de restaurer notre regard sur l’autre, sur la reconnaissance de mondes qui délimitent nos territoires culturels.



Avec
Caroline Gaume
Friedrich Lauterbach ou Michel Schweizer
Gilles-Anthonie Thuillier,
Sarah Moon Howe
Satchie Noro
et
Baldiane, le cavalier king charles
Cisk le bouledogue anglais
Dodie, le bouledogue français